L’influence de John Graves Simcoe

La plupart d’entre nous, au Canada, fêtent un jour férié le premier lundi du mois d’août. Dans certaines régions, cela s’appelle la fête de Simcoe. Le personnage historique qui soutend ce jour férié est John Graves Simcoe, un général de l’armée britannique qui a été le premier lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, de 1791 à 1796, dans le sud de l’Ontario. Il a fondé le village de York, devenu Toronto ; il a contribué à instaurer des cours de justice, les procès par jury, la common law britannique et le régime foncier en tenure franche.

L’une des plus importantes lois que John Graves Simcoe ait contribué à faire adopter au Canada est celle de l’abolition de l’esclavage. M. Simcoe croyait à l’établissement d’une communauté modèle fondée sur des valeurs chrétiennes ; beaucoup de Canadiens le considèrent comme un personnage fondateur de l’histoire canadienne. C’est après avoir vu une esclave nommée Chloé Cooley se faire maltraiter que M. Simcoe a entrepris son travail d’abolition. Quelque temps après, guidé par ses principes chrétiens contre l’esclavage, il a incité les colonialistes britanniques du Haut-Canada à adopter une loi contre l’esclavage, en 1793. L’esclavage a cessé au Haut-Canada en 1810, soit près de 25 ans avant son abolition dans l’Empire britannique, en 1834.

« Les principes de la Constitution britannique n’admettent pas cet esclavage que le christianisme condamne. Dès que j’assumerai le gouvernement du Haut-Canada, rien ne m’amènera à consentir à une loi qui engendre de la discrimination par le biais d’une politique malhonnête envers les autochtones de l’Afrique, de l’Amérique ou de l’Europe. »

— John Graves Simcoe, allocution devant l’Assemblée législative

Dans le monde actuel, nous pouvons puiser de l’inspiration chez John Graves Simcoe, ce dernier s’étant efforcé de protéger les personnes vulnérables de la société. Bien qu’il n’ait pas mené une vie parfaite alors qu’il s’occupait des opérations militaires de l’Empire britannique, M. Simcoe a toutefois suivi ses convictions chrétiennes tout au long de sa vie.

Notre défi, aujourd’hui, consiste à nous engager au sein de notre cercle d’influence et à faire une différence pour autrui, surtout pour les personnes vulnérables qui nous entourent. Je prie que nous nous traitions avec respect et égalité et que les paroles de l’apôtre Paul, en Galates 3,28, nous encouragent : « Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ. » (LS)

Author Photo: 

À propos de l'auteur : 

Nous mettons en vedette cette entrée de blogue rédigée par David Clubine, chef des Communications chez la Société biblique canadienne. Quand ce dernier n’est pas occupé à gérer son service, il fournit des récits et des introspections créatives à la SBC. David apprécie la collaboration avec les directions régionales et nationale, les médias, les donateurs, les partenaires bénévoles et d’autres intervenants du milieu chrétien ; il aime avoir l’occasion de promouvoir la Société biblique canadienne. On peut rejoindre David à l’adresse dclubine@biblesociety.ca ou au téléphone, au numéro direct 416-689-3440 ou sans frais 1-800-465-2425, poste 3440.