fbpx

Retour de la Bible dans les Bureaux de la citoyenneté

Le gouvernement ayant assoupli l’interdiction qu’il avait imposée en 2004 quant à la distribution de Bibles dans les Bureaux de la citoyenneté, les agents d’immigration du Canada se préparent à permettre encore une fois cette activité ciblant les nouveaux arrivants qui veulent se servir d’une Bible pour prêter serment d’allégeance.

Cette initiative de la Société biblique canadienne (SBC) a commencé au début des années 1900, alors que des représentants de la Société se rendaient à l’embarcadère 21, à Halifax, pour accueillir les immigrants qui venaient des vieux pays, en navire. À la fin des années 50, la remise s’effectuait lors de cérémonies mieux organisées, dans des Bureaux de la citoyenneté répartis dans l’ensemble du pays. Bien que les cours de justice aient disposé de Bibles, pour permettre aux témoins de prêter serment par exemple, beaucoup de nouveaux immigrants étaient heureux de recevoir leur propre exemplaire, qu’ils pouvaient garder en souvenir après la cérémonie de remise des certificats de citoyenneté. La SBC a répondu à cette occasion exclusive de faire connaître la Parole de Dieu aux nouveaux Canadiens, en concevant même une Bible expressément à l’intention de cette initiative et en en distribuant près de 25 000 exemplaires au cours de la dernière année.

Dans un éditorial du mois de septembre 2004, M. Lloyd Mackey, un membre de la Tribune de la presse parlementaire canadienne, à Ottawa, a fait remarquer que l’interdiction semblait découler de «plaintes selon lesquelles le Bureau de la citoyenneté semblait favoriser un peu trop la croyance religieuse». Les personnes qu’on recevait comme immigrants resteraient libres d’apporter leur propre livre saint préféré, mais les groupes qui en offraient ne seraient plus les bienvenus.

Déçus d’avoir perdu cette chance, certains représentants de la SBC, dans les régions, ont élaboré un plan de rechange qui allait mettre de nouveaux immigrants en contact avec la Bible plus rapidement, après leur arrivée. De nombreuses églises qui desservent des communautés d’immigrants avaient en effet commencé à offrir des cours de français et d’anglais langue seconde (FLS et ALS), en utilisant souvent des textes et des récits bibliques pour enseigner du vocabulaire, la grammaire et la lecture. Cela constituait une mesure incitative additionnelle pour les immigrants qui avaient hâte de comprendre leur nouvelle patrie et de s’y adapter, un pays où la Bible et la chrétienté font grandement partie du tissu social.

À partir de quelques représentants locaux qui offraient des Bibles, à prix réduit, à des groupes de FLS et d’ALS qui se réunissaient dans des églises, cette nouvelle initiative est devenue un programme national en bonne et due forme de la SBC. Une équipe d’enseignants a collaboré avec notre organisme pour élaborer une Bible qui se fonderait sur la version contemporaine et facile à lire Parole de Vie et qui comprendrait un dictionnaire de base et un certain nombre d’autres outils.

Une fois que le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, l’honorable Jason Kenney, aura officiellement donné son assentiment, des dizaines de Bureaux de la citoyenneté du Canada pourront à nouveau faire des arrangements avec des groupes locaux qui veulent offrir des Bibles.

Les lignes directrices proposées suggèrent que les organismes religieux soient discrets, qu’ils offrent leurs livres gratuitement, dans les deux langues officielles, et qu’ils mettent ces derniers en montre sur une table où les gens pourront se servir eux-mêmes, plutôt que de carrément les distribuer.

En faisant cette annonce, le ministre Kenney a particulièrement remercié deux membres de l’opposition, soit Peter Stoffer, du NPD, et John McKay, un libéral.

«Cela représente à la fois une occasion et un défi pour la SBC», a fait remarquer M. Ted Seres, le directeur national. «Nous sommes absolument enchantés de voir reprendre cet important lien avec de nouveaux Canadiens qui sont ouverts et curieux quant aux valeurs spirituelles et à la tradition chrétienne historique qui a contribué à façonner notre pays. Nous sommes également enthousiasmés parce qu’il s’agit d’une partie de notre propre histoire, chez la SBC. Grâce à la générosité soutenue de nos donateurs, l’initiative de remise des Bibles dans les Bureaux de la citoyenneté est l’une de celles qui ont duré le plus longtemps.»

M. Seres a fait remarquer que durant les années ayant suivi l’interdiction, un grand nombre de ces mêmes donateurs ont fermement soutenu l’élaboration et la distribution des Bibles destinées aux cours de FLS et d’ALS.

«Nous songeons maintenant sérieusement à affecter des ressources aux deux initiatives», a déclaré M. Seres. «Nous ne pouvons faire autrement que nous demander si c’est le genre d’initiative que de nouveaux donateurs canadiens voudront soutenir, pour aider la SBC à proclamer le rôle de la foi chrétienne (et des Saintes Écritures chrétiennes) sur la place publique.»

Pour vous inscrire sur notre liste d’envoi


Communiquez avec nous

Les médias devraient adresser leurs demandes de renseignements à:

en anglais:

David Clubine
Chef des Communications
Bureau national
10 Carnforth Road
Toronto ON  M4A 2S4
Courriel: DClubine@biblesociety.ca
Numéro direct: 416-689-3440
Sans frais: 1-800-465-2425, poste 3440

en français:

Réjean Lussier
Traducteur
Bureau national
10 Carnforth Road
Toronto ON  M4A 2S4
Courriel: RLussier@biblesociety.ca
Numéro direct: 416-689-3421
Sans frais: 1-800-465-2425, poste 3421

 

On remet la Bible Parole de bienvenue à de nouveaux immigrants qui suivent des cours de langue seconde.

 

 

Accueil d’immigrants par des représentants de la Société biblique canadienne, au début des années 1950.

Suivez-nous

Facebook



 

Twitter