fbpx
Témoignages

Une Enid enthousiaste

Une femme âgée atteinte du cancer est assise dans la salle d’attente, au centre d’oncologie Dr. H. Bliss Murphy Cancer Centre, à St. John’s: elle attend de voir son médecin et a du mal à avaler quelques gouttes d’eau.

La surveillant, Enid Barrett, de la municipalité de Bishop’s Coves, s’approche, passe ses bras autour d’elle et lui demande: «Qu’est-ce qui ne va pas, ma chère dame?» Cette dernière répond: «Personne ne se soucie de moi.» Ce à quoi Enid répond: «Moi, je me soucie de vous. Voyez, j’ai un ange d’espoir pour vous.»

Ce simple petit objet fabriqué à la main a littéralement transformé la vie de cette femme. Pour Enid, une femme modeste et sans prétention, ce n’est qu’une autre occasion d’accomplir ce qu’elle fait de mieux: prendre soin des gens autour d’elle. Ayant elle-même survécu quatre fois au cancer, cette dame de 83 ans a bien mérité le droit de prendre soin des autres.

Inspirés par leur foi

Son cheminement personnel dans le monde du cancer a débuté en 1982, à l’âge de 54 ans. «Je faisais régulièrement le test Pap, mais je n’avais jamais subi d’examen des seins», a-t-elle déclaré à la revue The Compass.

Un jour, après un examen des seins, son médecin de famille lui a dit: «Enid, j’ai trouvé quelque chose, et vous devez aller à St. John’s.»

«Ce n’était pas une bonne nouvelle», admet-elle.

En moins de quelques jours, on l’a admise au centre des sciences de la santé, où elle a subi une mastectomie.

Enid et son mari John, un enseignant à la retraite, croient fermement en Dieu.

«Nous avons parlé et décidé de ne pas regarder en arrière, mais en avant», dit John, âgé de 83 ans. «Nous croyions que Dieu allait nous aider. Nous n’en avons jamais douté.»

Leur foi allait cependant être mise à rude épreuve, sept ans plus tard.

En 1989, le terrible cancer est revenu en force.

«C’est encore petit», a dit le médecin, après une mammographie, «mais dans deux ans, vous pourriez avoir des ennuis.»

Enid a alors subi une seconde mastectomie. Juste avant l’intervention chirurgicale, elle dit à son médecin: «J’ai une chose à dire: “Entre tes mains, Seigneur”, et maintenant, vous pouvez faire ce que vous voulez.»

Comme si deux combats contre le cancer n’avaient pas suffi, Enid a ensuite eu le cancer de l’ovaire, il y a environ 15 ans, ce qui a mené à l’hystérectomie.

Puis, un dimanche en 2008, elle a soudainement ressenti une douleur atroce au ventre. «C’était pire qu’accoucher», se souvient-elle. Elle a encore une fois subi une opération en moins de quelques jours, cette fois pour une perforation de l’intestin, peut-être attribuable à un os de poulet. Elle avait alors 80 ans.

«Nous pensions en avoir fini», dit son mari.

L’an dernier, pour comble d’insulte, Enid a affronté de plein fouet le cancer pour la quatrième fois. On l’a alors opérée pour un cancer de l’intestin.

«Vous êtes la femme la plus chanceuse de Terre-Neuve!» lui a dit son médecin. «Nous ne décelons pas de cancer ailleurs dans votre corps.» Elle n’a pas eu besoin de colostomie, de radiothérapie, ni de chimiothérapie.

«C’était presque incroyable», dit John. «C’était un miracle, à mon avis.»

Une question d’attitude

Les quatre combats qu’Enid a menés contre le cancer lui ont donné de précieuses leçons. D’abord, un diagnostic de cancer n’est pas une sentence de mort.

«Je crois que Dieu est toujours prêt à faire quelque chose si on croit en lui.» John ajoute: «L’attitude fait partie de la thérapie. Bien des gens capitulent en disant: “Ça y est.” Mais ce n’est pas la bonne façon de voir la situation.» Il fait remarquer qu’on raconte rarement les «histoires à succès».

La deuxième leçon est de subir régulièrement un examen médical, dit Enid, surtout s’il y a des antécédents de cancer dans la famille.

«Je dis à tout le monde: “Ne laissez pas traîner les choses. Assurez-vous de subir un examen médical”», dit Enid.

La dernière leçon qu’Enid tire de ses combats est la conviction que Dieu l’a placée sur terre pour une raison bien précise: tendre la main à d’autres personnes qui vivent des situations de crise. Son attitude bienveillante a attiré l’attention de plusieurs organismes.

Ainsi, en 2002, on lui a décerné la Médaille du jubilé de la Reine, à l’occasion du 50e anniversaire du couronnement de la Reine Élisabeth II. En 2006, Enid a reçu le Prix du Gouverneur général pour l’entraide, en reconnaissance de sa contribution «exceptionnelle et altruiste» à sa communauté et au Canada.

Elle a aussi amassé plus de 50 000 dollars à l’intention du centre d’oncologie Dr. H. Bliss Murphy Cancer Centre, en vendant des livres de recettes.

Soutenir de nobles causes

Gerry Benson, ancien secrétaire de district et chef de la direction du district de Terre-Neuve et Labrador de la Société biblique, appelle les Barrett «un merveilleux couple chrétien». Il se souvient de la fois où Enid «a amassé des fonds pour la Société biblique, quand la foudre a frappé le clocher de l’église.»

Tout le monde connaît Enid, ajoute Benson, étant donné les œuvres artisanales qu’elle produit et vend pour le compte de divers organismes caritatifs, et parce qu’elle est toujours prête à amasser des fonds pour une noble cause.

Enid se démarque nul doute avec brio quand il s’agit d’œuvres caritatives.

«J’aime aider parce que j’ai reçu tant d’aide moi-même», raconte-t-elle la larme à l’œil et la gorge serrée, mais d’un cœur joyeux. «Cela m’apporte beaucoup.»

Elle fait cuire du pain et des gâteaux de Noël qu’elle donne en cadeaux. Elle distribue ses anges de l’espoir faits à la maison, à des patients atteints du cancer. Elle tricote une foule de choses à toute vitesse, pour les donner également.

Revenons à cette patiente cancéreuse dont nous parlions, au début de notre récit. Elle a appelé Enid quelques semaines après que cette dernière lui eut offert un ange de l’espoir.

«J’ai ressenti une sensation de guérison lorsque vous m’avez serré dans vos bras. Je suis retournée au centre d’oncologie, et mes poumons sont maintenant exempts de cancer.»

La réaction d’Enid? Typiquement modeste: «Je n’y peux rien: c’est plus fort que moi!»

Source: Burton K. Janes, The Compass

Pour vous inscrire sur notre liste d’envoi


Suivez-nous

Facebook



 

Twitter