fbpx
Blogue

Devenir un bon père

Aux nombreux pères parmi vous qui cherchent à devenir des héros pour leurs enfants, sachez que vous n’êtes pas seuls. On dit que n’importe quel homme peut devenir père, mais qu’il faut vraiment être homme pour devenir un bon père. Dieu a donné aux pères un rôle particulier à jouer au sein de la structure familiale. Leur responsabilité englobe des fonctions de prêtre, de protecteur, de pourvoyeur, de serviteur, de formateur, d’ami, de motivateur, de personne qui soutient et bien d’autres choses. Pouvant tous nous tromper, nous avons vraiment besoin de grâce et d’un amour inconditionnel pour jouer ce rôle. Étant père depuis 26 ans, je ne peux que remercier Dieu d’avoir façonné ma vie et de m’avoir aidé à comprendre à quel point les enfants sont de précieux cadeaux qu’il nous donne. J’ai vécu ma part d’échecs comme parent, mais permettez-moi de vous parler de la façon dont Dieu m’a aidé à rétablir mes liens avec notre fille aînée.

Father braiding daughter's hair

Comme la plupart des premiers-nés, notre première fille a toujours occupé une place particulière au sein de notre famille. Nous l’avons choyée et gâtée alors qu’elle était enfant. Nous l’avons également élevée au sein d’une culture qui croyait au proverbe africain disant «qu’il faut un village pour élever un enfant». Cette notion est profondément ancrée dans notre culture. Les anciens de la société, peu importe qui ils étaient, se sentaient obligés d’offrir des conseils et des corrections à tout enfant turbulent qu’ils rencontraient. Ma femme et moi ne voulions certainement pas qu’aucune de nos filles ne soit étiquetée comme étant désobéissante.

Le temps a passé, et notre petite fille est devenue adolescente, mais je ne savais pas grand-chose des changements émotifs et psychologiques qu’elle vivait. Elle a commencé à avoir des sautes d’humeur, à se rebeller, à s’opposer à l’autorité et à se disputer, et je ne savais pas quoi faire, sauf la corriger sévèrement. Je la critiquais trop et, malheureusement, notre relation est devenue acerbe. Un jour, à l’aube, ma femme m’a dit quelque chose qui a eu l’effet d’une bombe. Elle m’a juste dit: «Ta fille pense que tu la détestes.» Ces quelques mots m’ont écrasé comme une tonne de briques. Dans mon ignorance et mon désir de la ramener à l’ordre, j’étais allé trop loin. Que faire? Vers qui me tourner? Qui pouvait m’aider? Comment rétablir la communication avec ma fille qui s’était éloignée de moi?

Il est étonnant de voir comment Dieu se sert des circonstances pour nous ramener à lui. Aux prises avec l’orgueil, j’ai voulu justifier mes gestes. Je ne savais pas au juste comment la société me percevait. Je voulais que ma fille revienne à moi mais plus que tout, je devais m’occuper de ma relation avec Dieu. Honnêtement, la seule chose dont je me souvenais, c’était du Psaume 50,15, un verset que j’avais appris à l’école du dimanche: «Invoque-moi au jour de la détresse; je te délivrerai, et tu me glorifieras.» Si Dieu avait pu venir en aide à la première famille dysfonctionnelle, celle d’Adam et Ève, alors il serait parfaitement capable de m’aider quand je crierais à l’aide.

Dans la Bible, nous apprenons que Dieu appelait David «un homme selon mon propre cœur». David s’est égaré bien des fois, mais il a retrouvé son chemin et est revenu à lui parce qu’il a appris à faire acte d’humilité devant Dieu (Psaume 62,10). Il admettait rapidement ses fautes et se repentait (Psaume 25,11). Il craignait Dieu (Psaume 18,4) et lui faisait confiance (Psaume 27,1). Il savait que la force de réussir venait de Dieu et donc il aimait ce dernier (Psaume 18,2). Il a appris l’obéissance dans ses épreuves (Psaume 119,34) et dans tout ça, il a découvert la fidélité de Dieu (Psaume 23,6). J’ai appris de l’expérience de David.

Father with child on the beach

Dans son livre sur l’art d’être un père dynamique (Dynamic Dads), l’auteur et théologien Paul Pettit écrit: «C’est une leçon à la fois d’humilité et d’héroïsme quand un homme admet avoir besoin d’aide.» J’ai eu du mal à faire acte d’humilité, à admettre m’être trompé ainsi qu’à demander pardon et de l’aide. Il m’a fallu un certain temps pour apprendre à ne pas trop critiquer et à utiliser des mots qui édifient, chérissent, nourrissent et affirment, ainsi qu’à prendre du temps pour montrer l’importance que j’accorde à notre relation. J’ai commencé à essayer de participer à des activités que ma fille aime, juste pour rétablir la communication; il a fallu des mois pour qu’elle me fasse à nouveau confiance.

Dans un article publié dans le Huffington Post, Gail Gross, une spécialiste du comportement humain et de la famille, a écrit que les pères sont au cœur du bien-être émotif de leurs enfants. Aujourd’hui, ma fille est devenue une femme chrétienne forte et sûre d’elle-même, prête à faire une différence dans son monde, et nous vivons une des meilleures relations père-fille. Si Dieu peut faire cela pour moi, il le peut aussi pour vous.

La fête des Pères approchant, c’est le moment de prendre du recul ainsi que de réfléchir à notre rôle de père et à la façon d’élever des enfants qui pourront devenir des chefs de file au sein de leur génération.

Bonne fête des Pères!

À propos de l’auteur:

George Pabi coordonnateur de la composition et de la publication assistée par ordinateur (PAO) chez la Société biblique canadienne. Il possède des antécédents variés en graphisme, en impression, en publication, en production de revues et en marketing; il participe à l’industrie des arts graphiques depuis près de 30 ans. Depuis son arrivée chez la SBC, George: est coordonnateur technique principal de toutes les initiatives de composition de la SBC; forme et soutient de nouveaux utilisateurs du logiciel Paratext; joue le rôle d’administrateur de la Bibliothèque biblique numérique de la SBC; représente l’organisme à titre d’agent principal de PAO lors des événements internationaux de PAO que tient l’Alliance biblique universelle. George et sa famille habitent à Brampton, en Ontario.

Pour vous inscrire sur notre liste d’envoi


Suivez-nous

Facebook



 

Twitter