Un message du directeur général de la SBC à propos de la COVID-19.

Je vous écris, époustouflé par la rapidité à laquelle évolue la crise de la COVID-19. Un moment comme celui-ci engendre de la peur et de l’anxiété à grande échelle, une crise à affronter avec foi et espoir.

Nous n’avons peut-être jamais vécu, vous et moi, de situation semblable, mais Dieu l’a fait, lui, ainsi que l’Église. Durant la peste noire, en 1347, l’Église a continué de louanger. Trois siècles plus tard, la peste bubonique de 1665 n’a mis fin ni à la louange, ni à la foi.

En 1849, Robert Curzon, un voyageur, diplomate et auteur britannique, a visité un monastère dans les montagnes du Liban. Voici ce qu’il a écrit au sujet d’un repas pris avec les moines, dans le réfectoire éclairé à la chandelle.

«J’étais calmement en train de souper, dans le monastère, quand des cris se sont fait entendre et qu’on a tiré des coups de feu contre les robustes remparts extérieurs… le tout n’ayant que très peu d’effet et ne dérangeant à peu près pas la cadence monotone avec laquelle un membre de la fraternité lisait une homélie de Saint-Chrysostome, depuis la chaire du réfectoire.»

Malgré la violence qui régnait et les coups de feu qu’on tirait à l’extérieur de la haute muraille du monastère, les moines, à l’intérieur des murs, continuaient à vivre et à louanger, leur foi allant se préserver au fil des siècles.

Connaître l’histoire ne nous empêche évidemment pas d’éprouver de l’anxiété quant à nous-mêmes, à notre famille et à nos amis. Nous devons continuer d’affirmer que le Christ est Seigneur en cette période-ci et reconnaître notre entière dépendance envers lui quant à tout ce que nous faisons et à tout ce dont nous avons besoin.

Chez la SBC, nous avons adopté des modes de travail de rechange d’un bout à l’autre du pays, pour veiller à la sécurité des membres de notre personnel et à ce que nos activités puissent se poursuivre. Veuillez consulter la présente page pour obtenir les plus récents renseignements sur nos librairies et nos centres de ressource. Nous avons pour le moment annulé toutes nos activités et tous nos événements, d’un bout à l’autre du pays. Notre personnel est cependant accessible par courriel et au téléphone.

Le verset 3(b) du Psaume 23 me revient souvent à l’esprit: «il me conduit sur les sentiers de la justice, à cause de son nom.» J’ai mémorisé ce psaume durant mon enfance, mais sans savoir ce que signifiait «à cause de son nom».

Dieu me guide en effet le long de bons sentiers parce qu’il y va de sa réputation. Notre comportement met également sa réputation en jeu. À mesure que nous lui ferons confiance au milieu de la présente crise et au-delà, Dieu va continuer de nous conduire sur le bon chemin.

Notre Dieu reste fidèle: puisse sa Parole vous encourager aujourd’hui!

Que le Seigneur vous bénisse!

Rév. Rupen Das