fbpx

Alcoolisme et toxicomanie

Où: au Canada et au Kenya

L’alcoolisme et la toxicomanie: deux choses qui réduisent leurs victimes en esclavage et entraînent de terribles conséquences. Sans compter que le nombre de vies qu’elles ravagent est en hausse.

Alcoolisme et toxicomanie au Canada

Ici, au Canada, l’alcoolisme et la toxicomanie tuent environ 47 000 personnes par année! Voilà un chiffre considérable et ce qui est alarmant, c’est le bas âge de la majorité des toxicomanes. Les statistiques révèlent en effet que la consommation de drogue commence en moyenne à 15,7 ans.* Selon le Canadian Centre for Drug Addiction, les soins visant à traiter ou à limiter l’alcoolisme et la toxicomanie chez les adolescents a des conséquences pour le régime des soins de santé, coûtant environ huit milliards de dollars par année.**

Cela est cependant secondaire comparativement à l’effet destructeur que l’abus d’alcool ou d’autres drogues a sur l’esprit et sur l’âme de la personne, sur sa santé aux points de vue physique, émotif et mental, ainsi que sur son avenir et ses rapports avec autrui.

Alcoolisme et toxicomanie au Kenya

Venant actuellement au troisième rang des «pays les plus ivres d’Afrique», le Kenya est aux prises avec une situation différente. Le problème est en effet très répandu, sans distinction de genre ni de statut social. Les statistiques démontrent que les Kényanes boivent autant d’alcool que les hommes, et que les communautés pauvres obtiennent leur alcool grâce à une prolifération de repaires d’alcool sans permis et à la distribution de bière frelatée. Cette dernière cause bien des décès dans le pays, frappant surtout des jeunes hommes et des jeunes femmes.

La drogue et l’alcool détruisent des vies. Pour la Société biblique canadienne (SBC) et la Société biblique du Kenya (SBK), c’est en passant par le cœur et l’esprit d’une personne qu’on peut aborder ces deux maux sociaux. Le véritable changement et la liberté par rapport à toute forme de dépendance s’amorcent quand une personne vit la transformation que la Parole de Dieu peut opérer.

John Oakley, un bénévole de la SBC en Colombie-Britannique, sait ce que c’est que d’être esclave d’une dépendance et d’en être libéré, grâce à Jésus, la Bible ayant en effet contribué à cette transformation. Voyez son récit ici (sous-titres français).

Votre don de 50 $ permettra:
  • de fournir 20 portions bibliques visant à éduquer des gens quant à l’alcoolisme et à la toxicomanie, au Kenya;
  • d’offrir 10 Bibles à des gens séjournant chez des centres de désintoxication, au Canada.

Donnez en appui à cette initiative en choisissant Toxicomanie.