Fidèles et engagés, en n’importe quelle langue

Traduire la Bible est un travail complexe même en «temps normal», et la collaboration peut poser des défis même dans les circonstances les plus favorables. La COVID-19 est venue compliquer les choses, certaines équipes étant retardées ou devant s’arrêter à cause d’un manque d’accès à des spécialistes compétents ou n’étant tout simplement pas en mesure de collaborer.

De nombreuses équipes de traduction des sociétés bibliques, dans le monde, ont cependant poursuivi résolument le travail visant à rendre la Parole de Dieu accessible dans leurs communautés.

Bible

SURINAME: Les gens ne pouvant pas se rendre à la ville pour y acheter des articles essentiels et le gouvernement n’offrant aucune aide, la nourriture s’est vite mise à manquer. Les villageois ont dû s’en remettre à ce qu’ils pouvaient produire dans leur jardin. Pour aider les traducteurs à poursuivre leur travail en deux langues, la Société biblique du Suriname, qui dirige cette initiative, leur a expédié des paniers de provisions. Les traducteurs ont ainsi poursuivi leur labeur.

Quand les restrictions se sont allégées, en octobre, les traducteurs se sont rendus à Georgetown, la capitale, pour avoir accès à l’Internet, télécharger leur travail et se réunir en ligne avec leur conseiller mondial en traduction. Ils ont ainsi pu finaliser une petite portion de la Bible (Genèse 12 à 15), qu’ils ont publiée et transmise à leur communauté pour fins de rétroaction.

CAMEROUN: Dans l’extrême nord du Cameroun, l’équipe de traduction en podoko a vécu la perte dévastatrice de deux collègues qui agissaient comme animateurs d’alphabétisation, tués en deux attaques distinctes des militants du groupe islamiste Boko Haram.

En dépit de ce traumatisme, en pleine pandémie et malgré les attaques soutenues dont était victime leur village, l’équipe a réalisé d’importants progrès en 2020, les membres se réunissant en ligne avec les conseillers mondiaux en traduction pour vérifier leur travail.

«Cette initiative progresse normalement grâce au dynamisme et à l’engagement des traducteurs en podoko», dit la Société biblique. «En 2020, nous sommes passés de 84 pour 100 à 92 pour 100 quant au progrès global.» Entretemps, la Société biblique va déménager les membres de l’équipe de traduction depuis leur village actuel jusqu’à la ville de Maroua, où ils seront plus en sécurité.

ANGOLA: Les traducteurs doivent interagir avec les communautés pour s’assurer que la traduction soit compréhensible pour les gens ordinaires et qu’elle réponde à leurs besoins. Cependant, étant donné le confinement mis en place dans la plupart des pays, il a été difficile ou impossible pour les gens de se réunir durant une bonne partie de l’année.

En Angola, l’équipe de traduction en bangala a lancé une façon innovatrice d’utiliser les médias sociaux et d’amener des gens à interagir avec la traduction, même durant le confinement. La campagne virtuelle a vraiment motivé l’équipe à réaliser de bons progrès jusqu’au relâchement des restrictions et à la reprise des réunions en personne avec les réviseurs de la communauté. La nouvelle révision fera partie du Nouveau Testament devant paraître en 2021, et de la Bible intégrale prévue pour 2025.

Related Content