La maternité dans la famille de Dieu

Je suis la plus jeune de quatre enfants. Ma mère est la plus jeune de neuf enfants. Mon père est le plus jeune de six. Notre foyer était donc souvent un endroit animé, rempli de membres de la parenté de tous les âges et de tous les stades de la vie. Notre concept de la famille s’étendait au-delà des rôles traditionnels de mère-père-enfants, pour inclure des tantes, des oncles, des grandes sœurs et des grands frères comme soignants dans une grande famille de ce genre. Les gens agissaient tendrement comme des mères et des pères les uns envers les autres, d’une façon bien particulière.

À mesure que nous avons grandi et quitté la maison, le rôle de mère a pris un sens différent. De nouvelles configurations d’amitié se sont tissées grâce à la présence de femmes moins jeunes qui sont devenues comme des mères, exprimant leurs rêves et leurs espoirs, donnant naissance à de nouvelles visions et à de nouveaux cheminements dans ma vie. Ces femmes m’ont accueillie et portée comme leur propre fille.

La famille, dans le royaume de Dieu, est vaste. Elle s’étend au-delà de notre lignée familiale pour inclure et accueillir des orphelins et des personnes en situation de brouille.

J’aime vraiment la scène de la croix où Jésus, durant ses derniers moments, donne à Marie, sa mère, une nouvelle famille par l’entremise de Jean, le disciple qu’il aimait. Marie voyait son fils Jésus donner avec altruisme sa vie sur la croix, et lui donner un autre fils qui pourrait s’occuper d’elle et l’amener chez lui.

Près de la croix de Jésus, il y avait sa mère, la sœur de sa mère, Marie la femme de Clopas et Marie de Magdala. Jésus voit sa mère. Il voit, auprès d'elle, le disciple qu'il aime. Jésus dit : « Mère, voici ton fils. » Ensuite il dit au disciple : « Voici ta mère. » Alors, à partir de ce moment, le disciple prend Marie chez lui. (Jean 19,25-27, PDV)

Comme Dieu nous aime, au point de prendre soin de nous par le don de la famille !

Alors que nous soulignons la fête des Mères cette année, souvenons-nous des femmes qui nous ont élevés et se sont occupées de nous, qui ont favorisé la création de milieux où nous pouvions apprendre à nous tenir debout et à trouver notre place dans le monde. Dans le contexte de la famille de Dieu, nous sommes censés être ensemble, à prendre soin des autres et à veiller à notre intérêt supérieur réciproque.

Nous sommes aussi appelés à accueillir des gens qui souffrent et des personnes seules comme s’ils étaient de notre famille. Jésus nous a généreusement adoptés dans sa famille par ce qu’il a accompli sur la croix, et il nous montre que nous devons nous traiter et nous accueillir les uns les autres comme des membres de notre famille.

Étant choyée par des mentors, des sœurs et des amis dans le royaume de Dieu, j’espère imiter ce genre d’hospitalité radicale dont Jésus a fait preuve, sur la croix. L’immensité de sa famille nous invite tous à éprouver un sentiment d’appartenance et à trouver une demeure en sa compagnie. Puissions-nous assumer audacieusement la responsabilité familiale que nous avons de nous considérer les uns les autres comme des fils et des filles bien-aimés.

Bonne fête des Mères !

Author Photo: 

Ruth et Janet Sangalang photo

À propos de l'auteur : 

Ruth Sangalang (figurant ici en compagnie de sa mère) est la fille de Janet et Gabriel Sangalang. Ayant grandi à Winnipeg, elle habite maintenant Toronto, où elle s’occupe de l’initiative auprès des élèves du secondaire de l’organisme Inter-Varsity Christian Fellowship, dans la région d’Etobicoke. Elle raffole du café au lait, des musées d’art et des hamburgers au guacamole. Elle aime surtout Jésus, et elle se passionne d’agir comme mentor pour aider des jeunes à devenir des disciples du Christ.