La prévention de l’alcoolisme et de la toxicomanie par la Parole de Dieu

L’alcoolisme et la toxicomanie : deux choses qui traquent la vie des gens et qui réduisent leurs victimes à l’esclavage, leur infligeant de terribles conséquences. Et le nombre de vies ainsi ravagées augmente.

La situation

L'alcoolisme et la toxicomanie au Canada

Ici, au Canada, l'alcoolisme et la toxicomanie causent environ 47 000 décès par année ! Voilà un chiffre énorme et, fait alarmant, la majorité des usagers sont des jeunes. Selon les statistiques, l’usage de la drogue commence en moyenne à l’âge de 15,7 ans.*

Le traitement de l'alcoolisme et de la toxicomanie peut s’avérer très coûteux. Selon le Canadian Centre for Addictions (centre canadien de toxicomanie), il en coûte passablement cher de traiter ou de limiter l’abus d’alcool et d’autres drogues chez les adolescents. Les chiffres du Conseil des agents de santé de la C.-B. montrent que « pour chaque tranche de cinq dollars que le gouvernement du Canada consacre au traitement de la toxicomanie, on dépense 95 dollars en incarcération d’usagers de drogues. » Sans compter que l’abus d’alcool et d’autres drogues coûte huit milliards de dollars par année au régime de soins de santé. **

Mais au-delà des conséquences financières pour le régime de soins de santé du pays, l'alcoolisme et la toxicomanie influent sur les relations interpersonnelles, sur les santés physique, mentale et émotive des gens ainsi que sur l’avenir de ces derniers.

L'alcoolisme et la toxicomanie en Équateur

En Équateur, la consommation de drogues chez les adolescents a augmenté de 28 pour 100 ces trois dernières années. Le nombre d’enfants auxquels la drogue a fait du tort a quadruplé ! Le gouvernement essaie désespérément d’arrêter cette hausse rapide, mais l’abus et la toxicomanie grimpent en flèche.

L'alcoolisme au Kenya

Le Kenya se classe au 3e rang des « pays les plus ivres de l’Afrique ». Contrairement aux autres pays africains, les femmes kényanes boivent autant que les hommes. Les communautés pauvres n’en sont pas épargnées, ce qui ouvre la voie à la prolifération de repaires d’alcool sans permis et à la distribution de bière illégale. Cette dernière a déjà tué des dizaines de personnes dans le pays, surtout des jeunes hommes et des jeunes femmes.

Reconnaissant la gravité de la situation, le gouvernement du Kenya a adopté la Loi sur le contrôle des boissons alcoolisées.*** Cette dernière vise à réglementer la production, la vente et la consommation des boissons alcooliques ; elle fournit et promeut des initiatives de traitement et de réadaptation pour alcooliques.

Le besoin

Les sociétés bibliques du Canada, de l’Équateur et du Kenya aident à aborder le problème de l'abus d’alcool et d’autres drogues dans leurs pays, grâce à la Parole de Dieu. Au Canada, la Société biblique canadienne collabore avec des organismes qui s’occupent de gens aux prises avec l’abus d’alcool ou d’autres drogues. Cette dernière année, la Société biblique canadienne a fourni 5 000 exemplaires de la Bible anglaise Seed for Life à des gens qui luttent contre l'alcoolisme et la toxicomanie.

En Équateur, au cours de la dernière année, la Société biblique a participé à des initiatives de prévention de la toxicomanie visant des jeunes âgés de 12 à 17 ans, en collaboration avec des églises et des administrations locales. Elle a fourni des ressources bibliques qu’on utilise durant des cours de réadaptation et de prévention. Joël est le fruit de leur travail.

L’histoire de Joël

Joël Dias avait 13 ans quand des amis l’ont initié à un mélange de drogue contenant de l’héroïne et d’autres substances nocives, lui promettant que cela changerait sa vie. Quelques jours à peine après avoir commencé à consommer secrètement cette drogue, il en était devenu dépendant. Cela lui causait de terribles réactions physiques, mais Joël ne pouvait s’arrêter. Étant tombé dans un coma, il s'est réveillé à l’hôpital en voyant sa mère prier pour lui, les larmes aux yeux. Il a alors compris que seuls Dieu et l’amour de sa famille pouvaient l’aider.

Joël est entré dans un centre de réadaptation où la Société biblique offrait une initiative de soins et de prévention de la toxicomanie. Quatre ans plus tard, Joël rend maintenant ce témoignage : « La Parole de Dieu m’a sorti de cette période sombre. Bien que ce ne soit pas facile, je sais qu’avec l’aide de Dieu, il n’est pas impossible de cesser l’usage de la drogue. »

La Société biblique du Kenya s’est récemment jointe à la lutte contre l’alcoolisme en appuyant des initiatives contre l’abus d'alcool, en particulier dans des communautés pauvres. Grâce à la générosité de donateurs, la Société biblique fournira des ressources bibliques aux personnes qui participeront aux initiatives de traitement et de réadaptation et elle offrira de la formation et du matériel de formation à des leaders d’église et à des bénévoles. Cette nouvelle initiative en est au stade de la mise en œuvre.

L’impact

L’alcool et la drogue détruisent des vies, sans distinction d’âge, de niveau d’éducation ni de statut économique. La Société biblique canadienne ainsi que les Sociétés bibliques du Kenya et de l’Équateur croient que pour aborder ces deux problèmes sociaux, il faut commencer par le cœur et l’esprit d’une personne. Le véritable changement et la véritable liberté, dans toute forme de toxicomanie, commencent quand une personne se transforme dans son cœur et dans son esprit. La Bible, soit la Parole de Dieu, constitue le meilleur outil à ce sujet.

Voici comment vous pouvez aider la Société biblique dans la lutte contre l'alcoolisme et la toxicomanie, au Canada, en Équateur et au Kenya :

  • 40 $ fourniront 100 livrets thématiques qui aideront à prévenir la toxicomanie, en Équateur ;
  • 100 $ fourniront 20 Bibles à des gens qui se trouvent dans des centres de traitement de la toxicomanie, au Canada ;
  • 260 $ aideront à former deux bénévoles qui offriront du counseling sur l’abus d’alcool à des personnes et à des familles, au Kenya.

Tous les jours, des gens deviennent dépendants de l’alcool et de la drogue. Tous les jours également, on offre à des personnes la possibilité d’abandonner leur dépendance. Grâce à Dieu – et à votre soutien – il y a de l’espoir pour eux.


Sources:

*http://www.teenchallenge.ca/get-help/canadian-drug-crisis
**https://canadiancentreforaddictions.org/teen-drug-abuse-facts/
***https://www.africanexponent.com/post/8250-these-five-african-countries-a...
***http://www.afrojuju.net/2015/04/04/1o-biggest-alcohol-drinking-countries...