Voici ma petite « histoire sainte » sur ma relation avec un livre qui a changé ma vie. Durant mon enfance, je feuilletais des ouvrages comprenant des scènes de l’Évangile. Cela touchait beaucoup mon cœur d’enfant. Lors de ma confirmation, j’ai reçu en cadeau une Bible illustrée comprenant des scènes évangéliques et des textes sur les événements de la vie du peuple juif. Ma relation avec le Christ restait cependant à approfondir.

C’est à 18 ans que j’ai fait une rencontre personnelle avec Jésus. Ma fameuse Bible illustrée est devenue insuffisante ou, devrais-je dire fragmentaire, car je voulais en savoir plus. C’est alors que j’ai acheté ma première Bible complète. À ce moment, le Seigneur m’a fait comprendre que j’étais prêt à prendre de la nourriture plus solide: j’avais soif de la Parole de Dieu. J’ai commencé à faire une lecture personnelle de la Bible à l’aide d’un plan de lecture quotidienne de la Société biblique canadienne. J’ai également lu les cinq premiers livres de l’Ancien Testament ainsi que les Évangiles. De plus, ma rencontre de Jésus-Christ ne s’est pas faite en solitaire: j’ai commencé à faire de petits partages bibliques avec mes nouveaux amis chrétiens qui ont contribué à cette «rencontre».

Aujourd’hui, cette parole me fait vivre. Je note des versets quotidiennement dans un cahier et je m’y reporte régulièrement. Avec le temps, j’ai réussi à mémoriser des versets. Quand je vis un événement joyeux ou triste, une parole de la Bible refait surface comme du maïs à éclater. Elle me console et me rend plus fort. J’étudie aussi la Bible pour m’en pénétrer davantage. Ma Bible est sur un lutrin dans ma chambre à coucher et, en plus, c’est le livre le plus usé de ma bibliothèque! Je vous encouragerais surtout fortement à ne pas ranger votre Bible dans votre bibliothèque, comme je l’ai fait pendant tant d’années! Certes, le livre peut s’user matériellement, mais Dieu ne s’use jamais, lui. Avec le temps, je considère que la Bible n’est plus un livre, mais bien la personne du Christ.

En terminant, j’aimerais parler d’un cadeau que j’ai reçu de mon grand-père maternel. Il m’a donné la Bible qu’il avait reçue à son mariage. Je lis la phrase écrite par le prêtre célébrant au dos de la couverture: «À mon bon ami Maurice Dumas, le jour de son mariage… 1942.» Je relis avec émotion la Parole de Dieu qui a généreusement béni la famille de maman. Il y a de quoi méditer éternellement!

Fred Gauthier (Québec)

 

Pour vous inscrire sur notre liste d’envoi: