La Proclamation est la lecture de la Parole de Dieu à haute voix, en public et en entier, du début à la fin; elle s’étale traditionnellement sur une période de dix jours. Des horaires de lecture, comprenant des combinaisons de passages de l’Ancien Testament, des Psaumes, des Proverbes et du Nouveau Testament, ont été élaborés.

Pour de nombreux Canadiens et Canadiennes, tant pour ceux et celles qui lisent que pour ceux et celles qui écoutent, c’est une nouvelle expérience remarquable. L’origine de la proclamation remonte cependant aussi loin que dans le livre de Néhémie où, au chapitre huit, Esdras et le sacrificateur lisent la Loi à haute voix à l’intention de toute l’assemblée d’Israël, du début à la fin; un réveil spirituel s’ensuit.

En plus de revigorer l’église, la Proclamation est un témoignage public. L’événement réunit de nombreuses assemblées et des paroisses représentant de nombreuses confessions. Cet esprit de coopération constitue une puissante déclaration d’unité dans la communauté.

La Proclamation: La Parole du Seigneur/The Word of the Lord a commencé au printemps 1995, alors qu’environ 200 personnes représentant de nombreuses confessions et parlant plus de 12 langues différentes se sont réunies dans la petite paroisse anglicane de St. James, à Rosemère au Québec, pour lire la Bible sur une période de dix jours.

En 1998, la Proclamation s’est tenue en cinq emplacements de la région de Montréal, grâce à 2 000 lecteurs et lectrices. En Nouvelle-Écosse, deux événements ont réuni quelque 1 000 personnes représentant plus de 30 églises; à Brockville, près de 400 lecteurs et lectrices issus de 16 églises ont participé à la Proclamation, et cette ville tient maintenant cet événement tous les ans.

Depuis 2001, au moins une Proclamation s’est tenue dans chaque province du Canada. La Proclamation continue de grandir et d’encourager de plus en plus de Canadiens et Canadiennes à proclamer la Parole de Dieu publiquement, dans leur collectivité.

Ce qui me revenait constamment à l’esprit, durant ces mois de préparation, c’était la détermination que «quoi qu’il arrive», nous allions réussir, même si je devais effectuer de nombreuses lectures moi-même. Évidemment, je n’ai pas eu à le faire, puisque près de 300 personnes se sont inscrites à lire plusieurs fois chacune et qu’une équipe d’environ 25 leaders forts et enthousiastes ont assumé divers aspects de cette entreprise de dix jours. L’unité et la joie des participants et participantes m’ont émerveillée. De 7 h à 19 h, chaque jour, des groupes provenant de diverses églises et issus de divers groupes familiaux ainsi que de nombreux lecteurs et lectrices particuliers sont venus. Ce fut intéressant de les voir et de les écouter, ainsi qu’une joie de les rencontrer et de bavarder avec eux. Le fait de voir des liens se tisser entre ces petits groupes qui s’unissaient, en ayant comme point de mire la Parole de Dieu, est également quelque chose qui donne à réfléchir et dont nous nous souviendrons.

Je crois qu’à ceux et celles qui ont participé, Dieu a insufflé un nouveau désir et a permis de mieux comprendre à quel point nous avons besoin de cette «feuille de route» quotidienne, de ce guide et de ce réconfort qu’est la Parole de Dieu. Les commentaires et la rétroaction se poursuivent et sont très encourageants.

Lire davantage sur ce témoignage quant à la Proclamation de 2015, au camp Carrick.