La traduction biblique

Les langues sont des entités vivantes qui vont jusqu’au plus profond de notre être. Comme elles évoluent avec le temps, le travail des services de traduction des sociétés bibliques n’est jamais terminé, si l’on veut s’assurer que tous les peuples, toutes les langues et toutes les nations aient accès à la Parole de Dieu dans un texte qui transmette clairement et entièrement le message de Dieu.

Il reste beaucoup de travail à accomplir à l’échelle mondiale, la plupart des langues du monde n’ayant toujours même pas une première traduction de la Bible. À tout moment, le nombre moyen d’initiatives actives de traduction, dans le monde, avoisine 650. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une première traduction de la Bible en cette langue. Le fait de travailler en collaboration avec des personnes qui parlent les langues en question, des églises, des théologiens, des linguistes et d’autres entités locales facilite ce travail. Il a été démontré très clairement que les Saintes Écritures rejoignent le plus profondément le cœur si les gens les lisent dans leur langue maternelle. Le fait d’entendre la Bible « de notre façon » donne vie à la Parole de Dieu, en chacun de nous.

Ces dernières années, ici au Canada, la SBC a publié la Bible patrimoniale en inuttut du Labrador, la Bible en ojibwa avec Ancien Testament partiel, la Bible en inuktitut de l'Arctique de l'Est et le Nouveau Testament en attikamek. La SBC a parrainé la traduction de livrets thématiques en une douzaine d’autres langues autochtones du Canada, et du travail supplémentaire est en cours en plusieurs de ces langues.

Des vies se transforment quand la Parole de Dieu parle aux gens dans la langue de leur cœur.